" Oui, La Rochelle Unie ! " s'engage pour mettre en oeuvre le " droit à l'eau "



La gratuité de l’eau n’est pas une conjecture théorique ou idéologique, elle est l’alternative concrète au système de tarification qui est le fondement de la marchandisation de l’eau. Si on ne peut faire immédiatement de la gratuité stricto sensu, nous entendons utiliser la gratuité pour faire reculer la marchandisation de l’eau et garantir le droit à l'eau dans le cadre d'un service public à l'échelle communautaire (CDA de La Rochelle).


A l’occasion des élections municipales, " Oui, à La Rochelle Unie ! " inscrit le principe de la gratuité pour l’accès à l'eau et l'eau vitale dans son programme. 


LE DÉBAT SUR LA QUESTION DE L'EAU N'EST PAS NOUVEAU SACHANT QUE " L'ARGENT DE L'EAU DOIT ALLER À L'EAU "

Brièvement : Le financement de l’eau (c’est-à-dire la production et la distribution d’eau potable) et de l’assainissement (la collecte et le traitement des eaux usées avant leur rejet dans le milieu « naturel » ) est en crise. « Les déséquilibres structurels dans le financement de la politique de l’eau ne sont pas tenables à terme » affirmait déjà le rapport parlementaire de Michel Lesage en 2013.


- Les recettes reposent quasi exclusivement sur la facture des usagers (charges des services publics de l’eau et de l’assainissement) (84%) qui est assise sur le volume d’eau potable consommé et celui-ci est en régression constante depuis une vingtaine d’années puis sur les contribuables (16%) via les subventions accordées.

- Les recettes tendent donc à baisser... alors que les besoins de financement sont considérables : la production d’eau potable à partir d’eaux de plus en plus polluées (à La Rochelle notre principale source d'approvisionnement est la Charente, fleuve le plus pollué de France, conséquence de la pollution agricole), le traitement plus lourd des eaux usées avant leur rejet dans le milieu naturel, la prise en charge des eaux pluviales, la préservation de la ressource, la protection contre les inondations accroissent les dépenses.

 La facture des ménages ne pourra pas indéfiniment tout financer, surtout s’il s’agit de payer la dégradation de la qualité des eaux et le retraitement des eaux usées (pour en savoir plus sur le sujet ICI).


- La crise semble inévitable si on continue dans le cadre du système actuel de tarification et si on n’envisage ni la gratuité, ni d’autres alternatives qui pourraient inverser la tendance en matière de production d’eau potable, d’eaux pluviales ou d’assainissement… Cette crise des tarifs incite à une remise à plat, et pas seulement à des mesures cosmétiques.

Dans ce sens, la question de la gratuité trouve une pleine actualité, au minimum comme aiguillon pour le débat du " qui paie quoi " tout en instaurant le " droit à l'eau " [pollueur payeur, tarification progressive (plus on consomme... plus on paie), différencier le prix de l'eau selon que c'est un usage vital, commercial ou industriel...].


CONCRÈTEMENT QU'ELLE EST LA SITUATION SUR LA ROCHELLE ET LA CDA (COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION ?)

- Avec la mise en oeuvre de la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), votée sous le quinquennat Hollande, la gestion de la distribution de l'eau potable à été transférée au 1er janvier 2020 à la CDA de la Rochelle (l'assainissement de l'eau était une compétence communautaire) ;

- La Rochelle a gardé sa Régie Publique (le prix de l'eau en régie publique est 20 à 30% moins cher que dans la cadre d'une gestion privée) (pour en savoir plus ICI) ;


Le droit à l'eau pour tous ? Nous entendons passer de l'utopie à la réalité !


DANS CE CONTEXTE, POUR " OUI, À LA ROCHELLE UNIE ! " FAIRE VIVRE LE DROIT À L'EAU SUR LA ROCHELLE ET LA CDA, C'EST POSSIBLE... ET NÉCESSAIRE !

Pourquoi ce qui est possible dans le Tarn, à Burlats ne le serait-il pas sur La Rochelle (Le surprenant cadeau d'un maire à ses administrés pour leur redonner du pouvoir d'achat) ?

Nous ne pouvons que nous féliciter de la décision prise par le Maire de Burlats qui va dans le sens de ce que nous entendons mettre en oeuvre.


Nous ne partons pas de rien !

Ainsi, sur l'agglomération rochelaise, l'association CEP17  s'est engagée dans cette voie depuis longtemps : " Nous affirmons que l’accès à l’eau potable pour tous est un droit universel, et que par conséquent les premiers litres d’eau pour rester en vie doivent être gratuits.... Il  implique la suppression de l’abonnement payant et la mise à disposition des compteurs gratuitement, une tarification progressive, que familles et entreprises ne paieront pas le même tarif que plus on consommera, plus on paiera. Mais le service pour les premiers m3 d’eau sera gratuit. Il impliquera aussi un système de tarification différenciée selon qu’il s’agisse d’une utilisation familiale ou pas. "


VOILA POURQUOI, À L'OCCASION S ELECTIONS MUNICIPALES, " OUI, À LA ROCHELLE UNIE ! ", ENTEND BIEN PORTER LE DÉBAT, ET EN TOUT ETAT DE CAUSE, S'ENGAGE À METTRE EN OEUVRE :

• la gestion publique de l'eau en lieu et place du privé, avec la création d'une Régie communautaire à l'échelle de la CDA de La Rochelle ;

• la mise en place de la gratuité des compteurs aux résidences principales (suppression de l'abonnement pour l'usage domestique) ;

• la participation des usagers citoyen-nes à la gestion de la régie avec voix délibérative ;

• la consultation de tou-tes les citoyen-nes sur les décisions stratégiques (comme les deux maires de Toulouse métropole) ;

• la gratuité des premiers m3 d’eau nécessaires à une vie digne (l'eau vitale) ;

• l'instauration d'une tarification progressive et différenciée pour pénaliser les mésusages (selon que l'on remplie la piscine ou la casserole) ;

la garantie du droit à l'eau (accès des infrastructures d’eau et d’assainissement publiques au bénéfice des populations précaires ou non connectées au réseau) ;

• la prise d'arrêtés municipaux d’interdiction des coupures d’eau...

Mais aussi...

• l’ouverture et la création de points public d’eau potable en plus grand nombre ;

• l’installation de sanitaires gratuits et de bains douches publics ;... 


•  Nos propositions ne visent qu’une chose : Améliorer notre quotidien !

•  Faites-nous part de vos idées, rejoignez-nous et gagnons la ville ensemble.