" Oui, La Rochelle unie ! " s'engage à agir contre la pauvreté et la précarité à La Rochelle


https://www.inegalites.fr/Ces-communes-ou-les-jeunes-adultes-sont-pauvres?id_theme=25


Vendredi 31 janvier, la Fondation Abbé Pierre présentait son rapport annuel sur l’état du mal-logement en France.  Une pauvreté qui avait disparu et qu’on pensait ne jamais revoir dans un environnement aussi riche que la société française, rochelaise, et dont le logement n'est que l'aspect le plus visible.

A La Rochelle, pour agir contre la pauvreté, nous avons besoin d’une série de mesures fortes agissant sur la construction de logements sociaux, la régulation des loyers privés, agir sur le prix du foncier, contre la mise en tourisme, et la traque des marchands de sommeil (NOUS DÉTAILLONS NOS PROPOSITIONS ICI).


GLOBALEMENT

Parmi les communes qui comptent le plus de jeunes pauvres, on trouve autant de grandes villes comme Marseille, Lyon ou Toulouse, que des territoires moins peuplés. Avignon, par exemple, avec ses 90 000 habitants, affiche un taux de pauvreté des jeunes de 36,5 %. À La Rochelle – qui n’est pas connue pour être une ville en grande difficulté, un tiers des moins de 30 ans sont dans cette situation.


Dans notre ville où le taux de chômage est élevé, et où 18% des jeunes vit en dessous du seuil de pauvreté, " Oui, à La Rochelle Unie " se prononce sans ambiguïté pour le partage des richesses afin éradiquer la pauvreté ce qui passe nécessairement  de faire de La Rochelle une commune solidaire.


Au triomphe du chacun pour soi et à l’abandon des plus faibles, " Oui, à La Rochelle Unie " entend œuvrer pour faire de La Rochelle, une ville d’émancipation, de solidarité et de fraternité pour un nouvel humanisme, chacun.e s’y reconnaissant comme l’égal.e de l’autre et tou.tes y assumant leur devoir d’humanité ce qui passe par un certain nombre de mesures dont la liste n'est pas exhaustive.


EN PREMIER LIEU, ADOPTER UN PLAN COMMUNAL ET INTER-COMMUNAL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET LA PRÉCARITÉ QUI POURRAIT SE TRADUIRE PAR LA MISE EN OEUVRE DES MESURES SUIVANTES :

• la mise en place d’un guichet unique d’accès aux droits (pour agir contre le non recours aux droits), assurant informations et suivi des dossiers et la création de postes médiateurs ;

• s’assurer que personne ne vive en dessous du seuil de pauvreté en complétant les revenus inférieurs à ce seuil dans la mesure des possibilités financières de la collectivité en s'appuyant sur l'exemple de la Mairie de Grande-Synthe qui lance un Minimum Social Garanti qui sera financée par les économies d’énergie ;

 proposer une simulation sur « https://mes-aides.gouv.fr » à tout.e nouvel.le arrivant.e dans la commune ;

effectuer une recensement des SDF ayant un emploi et les aider à surmonter cette situation en généralisant le droit au logement pour sans abris par la mise en oeuvre du programme « un chez-soi d’abord » ;

négocier des permanences de la Sécurité sociale dans la mairie et ses annexes (CAF, CPAM, Pôle emploi…) ;

• le développement et le soutien des épiceries sociales et/ou solidaires ;

• la mise en oeuvre de gratuités (transport urbain, droit à l'eau, petits déjeuners scolaires,... ou la tarification sociale pour les usagers des équipements et services municipaux (pass-culture, sport... ;

• l'augmentation du nombre de places disponibles (y compris par l'adaptation des locaux) dans les crèches et garderies publiques (centres sociaux) des quartiers périphériques ou résident les familles les plus défavorisées ;

• la création, dans chaque quartier, d'un espace de restauration en lien avec la gestion des cantines scolaires ouvert aux salariés secteurs associatifs et au personnel du secteur public, aux personnes du 3e age résidant seules ;

• l'ouverture de l'hôpital sur la vie des quartiers par le développement de centres de santé locaux pluri-profession-nels, dotés de personnels salariés, à tiers payant intégral, sans dépassement d'honoraires, et accessibles aux personnes précaires ;

• la création d'une mutuelle municipale pour les personnes résidant ou travaillant sur le territoire de la commune ;

• la révision de la tarification sociale en baissant le nombre de tranches de quotients familiaux, puis par la mise en place du taux d’effort (CNAS) ;

 refuser les dispositifs tournés contre personnes SDF (arrêtés anti-mendicité, mobilier anti SDF) ;

• prendre des arrêtés municipaux d’interdiction des coupures d’eau et d’énergies, et anti expulsions......


Nos propositions ne visent qu’une chose : Améliorer notre quotidien !

• Faites-nous part de vos idées, rejoignez-nous et gagnons la ville ensemble.