" Oui, La Rochelle unie ! " et la règle verte rochelaise...



LIRE : l’environnement se définit comme l’ensemble des conditions naturelles et culturelles qui peuvent agir sur les organismes vivants et les activités humaines. 


-----------


Si les sondages n'est pas ce qui motive notre engagement en la transition écologique, il n'est pas inutile de souligner que " pour un Français sur trois : l’environnement doit être une priorité du maire ". 


Car l'urgence écologique impose une bifurcation accélérée et globale, en rupture avec le mode de production et de consommation productiviste et la politique des petits pas des partisans du capitalisme vert. Alors que le gouvernement a renoncé à mettre en oeuvre les engagements de la COP 21, les collectivités devront, pour répondre à ces enjeux qui touchent à la survie de l'espèce humaine, s'engager immédiatement en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de la lutte contre les pollutions et la production de déchets, de l'arrêt de l'artificialisation des terres et du maintien de la biodiversité.

 

A La Rochelle, " Oui, à La Rochelle unie ! " aux commandes, encouragera  le ralentissement et la sobriété dans toutes les politiques pour répondre en priorité aux besoins écologiques et humains.


LA " RÈGLE VERTE " EST LE FIL CONDUCTEUR DE LA BOITE À OUTIL PROGRAMMATIQUE DE " OUI, À LA ROCHELLE UNIE " POUR LES MUNICIPALES 2020 :

•  elle met en avant la nécessité de prendre en compte les limites des ressources naturelles, la capacité de la planète à les régénérer, et les équilibres des écosystèmes du local au global ;

•  elle demande à connaître, préserver voire restaurer les ressources naturelles locales. Il s'agit de partager les ressources vitales pour maintenir un territoire habitable, à bonne échelle (communale, intercommunale ou du bassin de vie) et en considérant comme fondamentaux les besoins des habitants.


🛑  A l'échelle communale, la Règle Verte se traduit concrètement :

- par la défense des services publics ;

- la coopération et la complémentarité entre les territoires urbains et ruraux ;

- par la maîtrise municipale des biens communs (l'eau, l'air, la terre, l'alimentation) par les citoyen.ne.s pour protéger leur santé et la biodiversité.


En synthèse : à travers la planification écologique des politiques locales, nous voulons engager sans attendre la bifurcation écologique indispensable à la sauvegarde des écosystèmes et de l'humanité tout en répondant aux nécessités du plus grand nombre par des droits inconditionnels : logement, alimentation, éducation, eau, énergie...


METTRE EN OEUVRE LA RÈGLE VERTE, CONCRÈTEMENT CELA POURRAIT SE TRADUIRE PAR QUOI SUR LA ROCHELLE ET LA CDA ?

• Tout d'abord par l''établissement, avec les habitant.e.s, durant la première année de mandat, d'un état des lieux des sources d’émissions de gaz à à effet de serre, des pollutions, de la production de déchets, de l’état de la biodiversité et de l’artificialisation des terres sur le territoire communal et intercommunal ;

• Ensuite, à partir de ce bilan, par l'organisation chaque année d'un débat citoyen d’orientation écologique visant à mettre en oeuvre la règle verte sur le territoire communal et intercommunal ;

• L’action communale devra prendre appui sur une planification pluriannuelle des politiques publiques : préservation des ressources naturelles, des biens communs, objectifs de réduction de l’empreinte écologique communale ;

• Par la mise en oeuvre d'une politique d’aménagement visant à rapprocher à moins de 20 minutes en transports en commun, à pied ou à vélo, l’habitat, les lieux de travail, de loisir et de culture ;


METTRE EN OEUVRE LA RÈGLE VERTE, C'EST AUSSI ENGAGER LA BIFURCATION ÉNERGÉTIQUE (SOBRIÉTÉ ET ENERGIES RENOUVELABLES) QUI POURRAIT SE TRADUIRE PAR :

• l'adoption d'un plan de développement des énergies renouvelables s’appuyant sur les associations citoyennes, les coopératives ou une régie publique proposant un tarif social de l’énergie tendant à l’autonomie énergétique de la collectivité ;

• l'adoption d'un plan de rénovation thermique et de développement des énergies renouvelables dans les bâtiments publics et le parc de logement social ;

privilégier les énergies vertes dans les contrats d’approvisionnement de la commune ;

• l'adoption d'un plan de réduction de la consommation énergétique : soutien financier aux particuliers pour la rénovation thermique ;

• et aussi, l'adoption d’objectifs de revégétalisation des toitures d'immeubles des édifices publics, du parc de logement social et autres immeubles (charte de l'urbanisme) et structures (ex : abribus)...


La Rochelle se doit d'être aussi une commune résiliente en transition se traduisant par l'anticipation des effets du réchauffement climatique en matière de risques écologiques, et de submersion marine, ce qui pourrait se traduire par : lire ICI


•  Nos propositions ne visent qu’une chose : Améliorer notre quotidien !

•  Faites-nous part de vos idées, rejoignez-nous et gagnons la ville ensemble.