Municipales 2000 La Rochelle Jaouad El Marbouh - article LR A LA HUNE 28 novembre 2019 n° 3


LR A LA HUNE 28 novembre 2019 n° 3



Nous sommes pour l'égalité d'accès et de traitement pour tous



Jaouad El Marbouh est candidat du Mouvement citoyen Rochelais (MCR). Ce Villeneuvois de 55 ans entend remettre de l'égalité sociale au cœur des grandes problématiques gérées par la Ville.


Ceux qui verraient dans le Mouvement citoyen Rochelais une liste issue de la crise des gilets jaunes feraient fausse route selon Jaouad El Marbouh, tête de liste de ce groupement de citoyens issus de la société civile, de tous les âges et de toutes les catégories socioprofessionnelles. « Ça fait deux ans qu'on travaille à notre projet. Si on a été précurseurs de certaines idées, tant mieux » sourit le Villeneuvois. Rien d'étonnant alors à retrouver quelques aspirations portées par le mouvement des Gilets jaunes comme le référendum citoyen sur des projets locaux. « Avec mes colistiers nous avons beaucoup écouté les Rochelais ces deux dernières années, dans des réunions publiques et sur une plate-forme où ils peuvent poster leurs idées, lesrochelais.com. Lors du grand débat national, nous avons organisé deux débats à Mireuil et à l'Oratoire sur la démocratie et de la citoyenneté, car c'est le thème même qu'il englobe tout le reste » souligne celui qui envisage sa liste comme « laboratoire d'idées »

Si la liste se veut apolitique, Jaouad El Marbouh ne cache pas son appétence pour les idées de l'ex-candidate de gauche Anne-Laure Jamoullié qui siège au sein de l'opposition du Conseil municipal . « Elle s’est beaucoup battue pour les quartiers avec une vraie volonté et des idées innovantes » estime-t-il hésitant pas à appeler les citoyens se retrouvant dans cette lignée à les rejoindre.


Anticiper le vieillissement de la population

 

Si il ne veut pas encore dévoiler l'intégralité du programme MCR, pour ne pas se faire piquer nos idées », certains thèmes s'affichent déjà clairement sur le site Internet du mouvement, comme la dépendance. « La Rochelle va accueillir de plus en plus de seniors et donc de dépendants, à la fois par la démographie et par l'attirance des retraités pour la ville. Aujourd'hui, la cité n’est pas du tout préparée à ça. Il va falloir anticiper à tous les échelons : en termes d'habitat, de ce service social divinisation, de transport, etc. » prévient Jaouad El Marbouh. Bien entendu, pas question pour lui de faire de La Rochelle une ville de seniors et de résidences secondaires. Comme ses adversaires dans la course à la mandature, lui aussi entend favoriser le retour des jeunes en ville, la création d'entreprises et d'emplois, les agences de nouvelles filières et des métiers de demain. « Sauf que sur ces sujets-là, les autres ne font que des discours, et les mêmes hommes produisent les mêmes effets. Nous, nous sommes pragmatiques » estime-t-il. Exemple ? La liste MCR propose accompagner 1 000 jeunes dans la formation l'accompagnement financier et la mise en réseau, créer leur entreprise


Changer de modèle touristique

Et qui dit économie dit bien sûr tourisme, dans cette cité balnéaire où cette activité reste fondamentale. Jaouad El Marbouh veut changer de modèle, miser sur un tourisme de niche, toute l'année, plutôt que sur un tourisme de masse estivale, et développer davantage les événements culturels populaires comme les festivals avec une accessibilité pour tous. Il entend d'ailleurs créer un observatoire du tourisme pour s'adapter aux tendances et créer ne marque identitaire forte pour positionner la Rochelle à l'international. Et a une idée bien précise de ce qu'il veut pour le développement du Gabut « pour faire en sorte que les commerces fonctionnent toute l'année ». Il dévoilera cette partie dans une des nombreuses réunions publiques programmées d'ici les élections.


Il annonce d'ores et déjà vouloir mener une politique égalitaire en matière d'accès à la culture, jusqu'ici beaucoup trop réservée à un public favorisé selon lui. Cela passe notamment par la création de nouveaux événements et de sites culturels, et des accès facilités aux divers spectacles pour tous. « A partir du moment où il y a des aides publiques sur une création artistique, je considère que les places doivent être réservées pour un public qui n'a pas accès à la culture pour des raisons économiques », estime-t-il rassurant sur un point. : « En matière culturelle il y a plein de choses bien à La Rochelle et nous les garderons. Nous sommes simplement pour un meilleur partage, une égalité et une solidarité entre tous ».


Remettre de l'éthique


Partage, égalité et solidarité, des notions que MCR compte également appliquer dans les autres domaines de la vie locale À commencer par le comportement des élus eux-mêmes. Jaouad El Marbouh attend de ses colistiers un comportement exemplaire et entend remettre de l'éthique dans le fonctionnement municipal. « Nous accepterons aucun cadeau venant d'un tiers, pour garder une totale indépendance. Il sera redonné à une association » affirme-t-il sans accuser un quelconque édile de la mandature actuelle. "Nous n'intervenons jamais dans un lieu de culte au sujet de la laïcité », poursuit-il, toujours sans viser personne en particulier. Il compte également mettre fin à ce qu'il estime être des passe-droits notamment des agents et fonctionnaires municipaux. Il cite par exemple les parkings qui leur sont réservés dans le parking souterrain de la place de l'Arsenal, qu'il veut rendre intégralement accessible et gratuit le week-end. « Nous sommes pour l'égalité d'accès et de traitement pour tous » martèle-t-il. Objectif : renouer les liens de confiance avec les citoyens.


La participation citoyenne

Pour renouer avec la population, le MCR entend remettre du dialogue entre les élus et les habitants. D'où la proposition de la mise en place de référendums locaux concernant les projets ambitieux. « Les réunions publiques (Note 5), c'est bien, mais ce n'est pas suffisant. Pour le PLUI par exemple, il y a eu près de 400 réunions d'une centaine de participants à chaque fois, c'est-à-dire de 4 000 habitants se sont réellement exprimés sur le projet, ce qui n'est pas représentatif » explique-t-il. Il rêve de voir les citoyens s’impliquer davantage dans la vie locale et les grandes décisions. Pour lui la motivation citoyenne n'a rien à voir là-dedans, et la remobilisation passe par la conception d'outils de consultation, comme le référendum. Il veut également donner un budget particulier aux Comités de quartier pour qu'ils puissent monter des projets. Et instaurer des comités d'usage qui seraient constitués de citoyens tirés au sort sur les listes électorales, qui donneraient leur avis sur différents services de la municipalité.


Sur la densification

 

En matière d'urbanisme, MCR a bien évidemment son positionnement. « Il n'est pas normal que les budgets des programmes de la Gare et du Conservatoire aient explosé », estime-t-il. Dans les grandes lignes, la liste compte, à l'instar des autres opposants à Jean-François Fountaine, « mettre un frein aux cadences de la construction »

Il ne faut pas trop en faire d'un coup et piloter les changements en douceur » estime la tête de liste, qui veut parier sur autre chose que la densification de la ville ». MCR compte faire une charte architecturale sur le modèle de ce qu'a réalisé la ville de Châtelaillon et miser sur le temps long ». « Quand on prend le temps de faire les choses, on fait moins d'erreurs ». Quitte à en faire moins.


« Nous ne devons pas penser que nous savons tout, mais penser que nous sommes prêts à mieux faire en matière sociale d'écologie et économie » conclut-il, « et pour cela nous devons miser sur l'innovation sociale, économique et écologique ». Cela passe par l'accession gratuite pour tous toute l'année aux bus ; replanter un arbre par naissance dans les espaces urbanisés ou en friche ; la construction de partenariats avec les villes comme Niort et Rochefort… autant d'idées qui seront égrenées et développées lors des prochaines réunions publiques, jusqu'aux élections.

Anne-Lise Durif




Qui est de Jaouad El Marbouh ? 

Né à Fez au Maroc Jaouad El Marbouh a agrandi à Villeneuve-les-Salines où il réside toujours. « Je connais bien les quartiers, je sais comment ça se passe, ce qui se trouve et des attentes qui couvent. Je connais aussi le potentiel de ses habitants » affirme-t-il.


Ex-compétiteur en karaté au grade de sixième Dan, et aujourd'hui formateur dans la discipline. Très impliqué dans la vie associative, il est également coach en gestion de conflits dans les entreprises. « Je suis en prise réelle avec les gens », se définit île. Je m'intéresse plus à l’être qu’à l’avoir ». Jamais investi en politique jusqu'à présent, selon ses dires, il a décidé de s'engager après avoir vu les commerces de ville péricliter. « Il y a également le constat de la non-évolution, voire de la dégradation au niveau sociétal. Or nous sommes tous responsables du futur dans lequel nous voulons vivre. Pour que ça change, il faut être acteur et non pas simple consommateur. J'ai décidé de faire ma part comme le petit colibri, ». Sa liste est partiellement constituée mais reste ouverte, affirme-t-il