Mouvement Citoyen Rochelais l'alternative


« Nous sommes l’alternative »           
                                                                        

CANDIDATURE Jaouad El Marbouh sera tête de liste du Mouvement citoyen rochelais aux prochaines municipales.

Et de quatre. Après Bruno Léal (opposant LR de la majorité ac- tuelle), Jean-Marc Soubeste (EELV) et Olivier Falorni (députéLiberté et territoires), Jaouad El Marbouh sera bien tête de liste du Mouvement citoyen rochelais (MCR) aux prochaines élections municipales de mars 2020, à La Rochelle. Devant une cin- quantaine de personnes réunies dans la salle Bernard Giraudeau à Mireuil, celui qui a grandi à Villeneuve-les-Salines a officialisé hier soir sa candidature. À 54 ans, ce coach et formateur spécialisé dans la gestion de crises se lance pour la première fois en politique.                       

« Je suis très attaché à ma ville, au sort des quartiers. Je crois qu’il y a beaucoup à faire. Il faut sortir de l’ancien monde, des vieux schémas. Il faut changer les hommes pour obtenir de meilleurs résultats. Nous sommes les vrais rebelles de la Rochelle »,  nous confiait-il quel- ques minutes avant d’animer la réunion publique.                                                                        

Si « son cœur est à gauche », Jaouad El Marbouh sera à la tête d’une équipe ouverte 100 % citoyenne, issue de la société civile. « Le constat est simple pour notre ville : manque de places en crèches, disparition des commerces en cen- tre-ville, transports en commun in- suffisants, trop de conflits entre élus, gouvernance municipale trop verticale, incapacité à créer des em- plois durables pour les jeunes des quartiers... Je mesure les égos des autres candidats, je constate la dégradation socio-économique et la dilapidation de nos biens communs », a énuméré le nouveau candidat, à la tribune. 

                                                                        

Une ville innovante      

Le Mouvement citoyen rochelais souhaite une ville innovante en matière de tourisme, défend la gratuité des bus, et entend « traquer le gaspillage et les dépenses de prestige ». Autour de lui et à la tribune, il avait également invité certains membres de son équipe, une docteure en droit spécialiste de la santé, un directeur de recherches sur le management touristique et deux étudiants. L’auditoire aura enten- du des mots et des concepts peu souvent abordés dans des réunions politiques : « intelligence émotionnelle », « l’être et la nature au centre de tout notre programme partici- patif », « ruptures mentales... De quoi parfois dérouter. À ce stade, le MCR passera aux yeux de beaucoup comme un mouvement de doux rêveurs inexpérimentés.                       

Mais la liste, qui veut rompre avec les vieux modèles, pourrait toute- fois agréger d’autres forces, comme la France insoumise, dont des membres étaient dans la salle, et d’autres collectifs engagés dans l’ac- tualité sociale. « Nous sommes nou- veaux et nous sommes l’alternative », estime Jaouad El Marbouh.


Source : Sud Ouest Samedi 19 octobre 2019