L'importance des familles


Les familles sont sources de joie, de conflits, d’inspiration et d’amour. Elles sont les éléments constitutifs de la société qui permet de donner de la cohésion à l’ensemble. Dans les communes et les quartiers de la belle océane, la famille est l’oxygène que chaque Rochelais respire. Lieu d’apprentissage des relations humaines, de jeux de pouvoir, de récréation, d’expression de sentiments purs et impures, et des émotions créatrices. Richesses incroyables, elles donnent les outils pour pouvoir affronter les moments extraordinaire, les moments difficiles, les hauts et les bas. Ce sont elles qui façonnent les personnalités des citoyens en devenir. Elles sont des périmètres biologiques et sociaux presque simple à identifier par des individus qui s’y reproduisent, se reconnaissent, se respectent, s’entraident, se font confiance, se transmettent leurs savoirs, s’aiment, vivent et meurent les uns pour les autres. Encadrée par les lois morales et républicaines de la cité, les familles offrent protection aux êtres qui la composent et participent à leur développement psychologique, affectif et intellectuel.

Le premier travail des parents de cœur et/ou de sang est de changer les appuis traditionnels de la construction et de mettre en perspective dans la vie quotidienne des enfants éducation et apprentissage, autorité et écoute, exigence et tolérance, obéissance et responsabilité, réponse et questionnement, vérité et parole.

Le poids de l’histoire familiale a de multiples conséquences sur les parcours personnels et professionnels des uns et des autres. C’est pourquoi, il est communément admis qu’une famille est une tragédie écrite par les parents et jouée par les enfants. Par solidarité, et par amour nous rochelais, devons reconnaître la souffrance de ceux qui souhaitent être reconnus.

L’esprit de famille n’existe que par le sentiment d’appartenance que chacun de ses membres peut éprouver. À travers les âges et les siècles sa structure plastique et son sens se sont modifiés.

Au temps des Romains, la famille rassemblait les esclaves et les serviteurs appartenant à un individu ou à un service public. Le temps passera avant que la famille ne désigne l’ensemble des personnes vivant sous le même toit, de surcroît de même sang, et ne prenne le sens social que nous lui connaissons aujourd’hui.

De plus en plus, la globalisation met à l’épreuve la vie familiale dans deux aspects : le temps et la place de l’être. L’un veut vivre le Présent éternel, l’autre est angoissé viscéralement par la vitesse et par le futur. Les familles sont intemporelles ; elles vivent au Passé, au Présent et au Futur. Elles s’opposent à l’écrasement imaginaire du temps moderne, et à l’évolution actuelle de nos valeurs.

Connaître n’est pas reconnaître, et de nombreux groupes humains se sont constitués en famille, comme les parents adoptifs homosexuels, les familles recomposés, les familles monoparentales,…À l’image de la nature, que l’on peut observer au jardin des plantes de la ville, les familles sont en constantes mutations.

Plus généralement, une famille désigne un ensemble dont les éléments présentent des ressemblances ou des analogies. Amour et relation sont des qualités propres à chacune d’elles.

Le premier devoir de l’adulte, vis-à-vis de lui-même, et de la société civile est de s’occuper de sa famille. Il est responsable de ceux dont il a la charge et qu’il aime. Contrairement aux priorités regrettables de certaines idéologies politiques, le Mouvement Citoyen Rochelais – MCR – préfère investir dans la santé, l’éducation, et le bien être des familles rochelaises plutôt que dans les édifices que seuls les touristes ou l’égo des donneurs d’ordre apprécient. Les places et bâtiments publics les plus célèbres ne sont pas les plus célèbres. Pour un somptueux lieu où ouvrage de ville que l’on admire, combien compte-t-on de modestes toits qui abritent des familles et des populations dans les quartiers de notre ville ? Combien de ségrégation territoriale pour l’entrée dans les écoles publique et privé ? L’amour intra familial crée de la valeur, bien plus qu’il n’en dépend. La ville que nous habitons devrait privilégier plus positivement la mixité sociale, et travailler davantage en direction et pour les familles de nos communes et quartiers.

Au passage, nous regrettons la décision spontanée du Maire actuel qui a autoritairement supprimé les TAP (Temps d’activités périscolaires) en 2018, sans concertation publique sur cette question démocratique essentielle. Pour de fallacieuses questions de budget, il a préféré supprimer les emplois précaires des animateurs d’école, accentuer la difficulté organisationnelle des familles en optant pour la semaine à quatre jours. Nonobstant, il a crée plus de ségrégation que la ségrégation résidentielle pour les familles rochelaises qui ne peuvent malheureusement pas inscrire leur enfant dans les écoles de leur choix.

Il est patent que cette décision municipale a des conséquences directes sur les familles des territoires. Qu’elle désavantage de façon glaçante les enfants de la ville, renforce les inégalités et n’est nullement porteuse d’un véritable progrès social. Il ne s’agit pas de se mettre en scène dans des programmes coûteux de communication ou de réhabilitation de quartiers et d’oublier l’essentiel : donner du sens aux décisions politique et investir dans l’avenir des familles.

Compte tenu du manque de considération pour nos jeunes enfants, l’actuel Maire, nous fait déjà regretter ses prédécesseurs Monsieur Maxime Bonneau ou Monsieur Michel Crépeau. Encore une fois, il aurait été sans doute sage d’associer l’ensemble des partenaires éducatifs, acteurs locaux et parents d’élèves à une réflexion sur la maintient ou la suppression des TAP. En dernier ressort, la décision aurait du se prendre en faveur de l’intérêt des enfants, de leur éveil et de leur éducation.

Le MCR est aussi un rassemblement de personnes de la société civile qui constituent une famille de républicains amoureux de leur ville. Dans ce contexte d’unité dans la diversité citoyenne, la famille MCR peut donc se définir comme l’ensemble des citoyens qui composent l’environnement affectif et mental de Rochelais (es) intéressés par la politique locale et régional. Le liant des membres du MCR, c’est la République, l’envie d’innovation sociale, économique, et environnementale. La force de cohésion de cette nouvelle génération de politique constitue une famille de rochelais (se) motivée pour agir en faveur de l’éducation, de la croissance, de l’emploi et du progrès social. Les forces, de l’équipe MCR c’est l’enthousiasme, la joie et l’envie d’améliorer l’attractivité réelle de la ville. Pour nous, il ne peut y avoir de joie sans amour. Aimer les rochelais, c’est se réjouir de leur réussite collective. Et toujours penser en priorité à eux.

L’approche systémique nous enseigne que tout système contient potentiellement son point d’équilibre. MCR s’efforcera de rechercher l’harmonie entre tous les acteurs de la ville qui partagent les valeurs de la République indivisible. Les différences d’opinions intergénérationnel vont aider notre collectif à produire du mouvement utile à la démocratie et aux rochelais. Dans notre famille ouverte, nous tenons à ce que chaque personne trouve sa place, qu’elle soit reconnue et respectée en tant que membre précieux pour le projet commun qui nous rassemble. L’écoute et la tolérance sont nos outils pour comprendre les enjeux d’importance de la ville et de la CDA, pour apaiser les éventuelles tensions des concitoyens s’ils se manifestent, pour nous enrichir des divergences d’opinion. Et pour apporter l’harmonie sur nos territoires. Pour le Mouvement Citoyen Rochelais, la famille est le lieu ou la démocratie commence et où la République ne finit jamais. Biens plus que l’espérance des uns, notre moteur d’action : c’est la compassion envers nos semblables, l’amour sans rivage de notre ville et la volonté de contribuer à un monde plus républicain.

Rochelaises, Rochelais pour l’amour de nos familles ; rejoignez le MCR !