Face à l'urgence écologique, faisons de La Rochelle une ville phare de l'agriculture urbaine !



Une ville mise sur le bio et le local et devient autosuffisante en alimentation, la preuve ICI !


À LA ROCHELLE AUSSI, C'EST UNE QUESTION QUI FAIT DÉBAT !
L’agriculture urbaine est enjeu d’avenir pour La Rochelle et la CDA auquel " Oui, à La Rochelle Unie ! " entend répondre, tout en soulignant que ce n'est que l'un des aspects des réponses à apporter à l'urgence écologique.


Lorsque l’on parle d’agriculture urbaine, on pense bien trop souvent aux seuls jardins partagés de particuliers en mettant de côté la production agricole marchande. Or, il est central de ne pas opposer les deux et de les associer. Nous avons également besoin que bien plus d’interstices de la ville soient cultivés.


Cela suppose également de repenser la construction de l’habitat en veillant à laisser des zones libres de toute bétonisation ne permettant pas l’émergence de nouvelles formes d’agricultures urbaines.


C’est précisément dans ce contexte qu’il faut regarder les luttes menées par le milieu associatif rochelais (quartier de la gare, Beauregard, ou à Puilboreau avec " Les jardins familiaux puilborains " contre l'urbanisation anarchique que nous dénonçons.


Déjà, car des jardins partagés sont cultivés, mais aussi parce qu’en agriculture biologique et respectueuse de l’environnement, de nombreuses espèces d’oiseaux menacés, d’arthropodes et autres mammifères y trouvent refuge. Voilà une façon simple d’allier production agricole non marchande et maintien de la biodiversité urbaine


➡️ Aujourd’hui, sur la CDA de La Rochelle, il n'existerait que deux exploitation agricole bio.  


POUR " OUI, À LA ROCHELLE UNIE ", IL EST INCONTESTABLE QUE L'ÉTALEMENT URBAIN EST UNE HÉRÉSIE 

En effet, l’urbanisation effrénée que connaît la France, La Rochelle et sa CDA, a de nombreux effets néfastes notamment :
- sur les centres-villes ;
- sur l’efficacité des déplacements de personnes et la livraison des marchandises ;
- sur l'émission de gaz a effets de serre..... 


Pour autant, il faut évidemment ne pas se cantonner à de l’agriculture marchande. L’appétence des rochelaises et des rochelais pour la production locale, biologique et sans production de déchet est croissante. Il devient important et urgent de repenser notre urbanisme afin que des agriculteurs puissent s’installer, faire du maraîchage pour produire et vendre localement


DANS UNE VILLE OÙ LE TAUX DE CHÔMAGE EST ÉLEVÉ ET OÙ 18% DE LA POPULATION VIT EN DESSOUS DU SEUIL DE PAUVRETÉ, C'EST L'ASSURANCE : 

- de créer de l’emploi dans de bonnes conditions, de former de nouvelles personnes pour entamer la transition écologique dont nous avons cruellement besoin ;
- d’avoir du circuit court dans ses productions locales qui pourrait être faite grâce à l’utilisation de la monnaie locale, « 
La Trémière - Monnaie Locale Complémentaire La Rochelle et Aunis ». Le circuit de distribution pourrait également se faire dans des épiceries spécialisées dans la vente de produits locaux, biologiques et sans déchets ;

ce qui sous entend pour " Oui, à la Rochelle Unie " :

• de créer une commission municipale ou intercommunale (CDA) d’appui aux projets agricoles (commission pluraliste composées d’élu.e.s, d’agriculteurs et agricultrices, de propriétaires, de personnes ressources investies dans les questions ;

• d'aider à l’installation pour les producteurs bio et innover en soutenant par exemple l'installation de micro fermes ; 

• de remettre à plat le PLUI et sauvegarder des terrains à usage agricole, notamment en utilisant le droit de préempter des terres agricoles ;

• de proposer aux porteurs et porteuses de projets agricoles des baux ruraux environnementaux signés pour plusieurs années reconductibles et qui précisent que les terres devront être cultivées en agriculture biologique et avec montant de loyer ;

• de prévoir une reclassification agricole de certains terrains actuellement constructibles ;

•  de proposer la création de Zones Agricoles Protégées (ZAP) et de Périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels péri-urbains (PAEN), afin de renforcer la protection durable des terres agricoles ;

• de créer une régie municipale maraichaire bio ;

• de créer une légumerie municipale (régie publique) pour la restauration collective ;

• de favoriser, là ou c'est possible, l’éco-pâturage pour l’entretien des espaces communaux ;

• de dresser un état des lieux et mener une réflexion sur la valorisation des friches restantes (dépollution, préservation, utilisation artisanale et/ou agricole…) en lieu et place de leur urbanisation ;

• de soutenir et promouvoir la création de fermes qui réalisent des actions d’insertion par l’agriculture, le maraîchage biologique ; 

• d'aider le milieu associatif acteur dans ce domaine comme le Collectif Fermes Urbaines (CFU) ;

ou ayant un rôle éducatif, comme Biodiv'ille ;

• impulser des " Rencontres de l’agriculture " au travers d'un ensemble de visites, rencontres et de concertation numérique avec le double objectif

- élaborer ou renouveler la politique agricole du territoire ;

- fédérer un réseau des acteurs de l’agriculture sur la CDA, incluant les agriculteurs professionnels, associatifs et amateurs, les collectivités, les aménageurs, les entreprises de transformation des produits agricoles etc ;


🛑  Mais une telle politique nécessite un engagement fort d'action contre l'utilisation de produits phytosanitaires dans l'agriculture.

En France, leur utilisation a augmenté de 25 % entre 2011 et 2018, là où le plan Écophyto prévoyait une réduction de 50 %.  

La Rochelle interdit l’utilisation des pesticides, qui ne s'en féliciterait pas !

Mais la CDA dont J.F. Fountaine est pourtant le président ?  Sachant, par exemple le fleuve Charente, qui sert entre autre, de point de captage pour notre eau potable, est le plus pollué de France, on se saurait se contenter de " signal politique "  :

• " Oui, La Rochelle unie ! " mettra tout en oeuvre pour interdire l'utilisation de pesticides sur l'ensemble du territoire de la CDA.


EN CONCLUSION...
Tout cela, c’est bon pour la santé, cela crée de l’emploi et accroît le bien-être des habitants sur leurs lieux de vie. Nous avons donc tout à gagner à promouvoir à La Rochelle et la CDA, des initiatives allant dans le sens du développement de l’agriculture urbaine et " Oui, à La Rochelle Unie ! " s'y emploiera .. 


•  Nos propositions ne visent qu’une chose : Améliorer notre quotidien !

•  Faites-nous part de vos idées, rejoignez-nous et gagnons la ville ensemble.