Des propositions pour un nouveau développement économique de La Rochelle " tourné vers la mer ! "



L'enjeux : mettre en œuvre une politique industrielle tournée vers la mer pour sortir du “ tout tourisme ” !


CETTE QUESTION EST ESSENTIELLE QUAND ON ABORDE LE SUJET DE L'AVENIR DE LA ROCHELLE 

LA ROCHELLE, est le seul port en eau profonde le la façade Atlantique (donc non soumis aux contraintes des marées). C’est un atout unique non valorisé en dehors de l’activité du « Grand Port Maritime » (qui se livre plus à une guerre du tonnage pour figurer parmi les « hubs » des grandes routes maritimes mondiales, qu’à œuvrer au développement économique de La Rochelle).


OR L’HUMANITÉ VA S’ÉTENDRE EN MER... QUI EST ELLE MÊME L'AVENIR DE L'HOMME

La construction et la déconstruction navale, les hydroliennes, l’exploitation du mouvement mécanique de la mer, sont donc autant de qualifications, d’usinage, de travail, d’intelligence à valoriser. Les jeunes gens et les jeunes filles à former pour préparer ces métiers… c’est aussi une énorme quantité d’emplois potentiels.


La réflexion de " Oui, à La Rochelle Unie ! " porte donc entre autre sur la nécessité de DÉVELOPPER UNE ÉCONOMIE DE LA MER !


Le développement du grand port maritime ne peut être basé sur la seule course au tonnage dans la cadre de la libéralisation des échanges et sur des activités industrielles polluantes et dangereuses aux portes des résidents de La Pallice.


POURQUOI NE PAS METTRE À L'ETUDE UNE VRAIE FILIÈRE DE DÉCONSTRUCTION NAVALE ?

Les ressources existent : selon un rapport de l’ONG Robin des Bois, 1 328 navires ont été démantelés en 2012 (+ 30 % en raison notamment du retrait progressif des pétroliers à simple coque et des surcapacités de la marine marchande du fait de la crise économique) dont 94 % en Asie du Sud dans des installations qui ne répondent pas aux normes. Le premier chantier européen est danois et ne recueille que 2 % du volume annuel. La Région PACA se positionne déjà en Méditerranée, mais également Brest  sur l’Atlantique.... et on ne compte pas les navires de plaisance ;

• Certes, pour les navires de plaisance, un site liè à l'APER (L’Association pour la Plaisance Eco-Responsable) existe sur Perigny ;

• Certes, le Pôle de Réparation et de Construction Navale de Port Atlantique La Rochelle/Pallice dispose d'outils performants et réunit des entreprises aux savoir-faire complémentaires dans le domaine de la réparation et de la construction navale...

• Mais, pour " Oui, à La Rochelle unie ! " il y a, en matière de « DÉPOLLUTION NAUTIQUE », nécessité de créer sur La Pallice, un véritable pôle spécialisé dans la déconstruction et la dépollution des bateaux de plaisance en fin de vie, la filière reste peu structurée, les embarcations hors d’usage sont le plus souvent abandonnées, brûlées ou parfois coulées.

 

TOUT CELA SE CONCRÉTISANT PAR DES IDÉES MISES EN DÉBAT POUR UNE AUTRE AMBITION POUR LA ROCHELLE AU SERVICE DE L'EMPLOI ET DE LA DIVERSIFICATION DES ACTIVITÉS :

• mettre en oeuvre une politique permettant de développer toutes les potentialités de la mer en faisant appel et en accueillant toutes les compétences intellectuelles et industrielles ;

• impulser l’innovation avec la construction navale biodégradable optimisée ;

organiser la complémentarité entre les professionnels du réseau des PME et PMI et les compétences universitaires au service de l'économie de la mer ;

• impulser la formation massive des salariés en l’orientant vers toutes ces filières de la mer à créer ;

• contribuer à faire de la Rochelle un pôle d’excellence Atlantique dans le développement d’une filière de déconstruction navale maitrisée (respectueuse de l’environnement et des hommes) ;

• agir pour La Rochelle/Pallice devienne ;

- un maillon incontournable dans la construction d'une filière industrielle des énergies marines renouvelable s'inscrivant dans l’objectif de production d’électricité par les énergies marines renouvelables à 30 GW en 2050 comme le prévoit le scénario Négawatt ;

un acteur majeur dans l'urgente nécessité de développement de l’éolien flottant dans l'objectif de l’étendre à 7,5 GW en 2030 ;

- à la pointe de l’innovation, ville pionnière dans la création d'une filière de production d'hydrogène vert, carburant d'avenir au service des transports publics (RTCR) et de nos concitoyens en lieu et place des énergies fossiles et des agrocarburants (méthanol) ;

• faire de La Rochelle un pôle d'excellence en matière de recherche, développement et production de l’usage des algues non comestibles comme substitut du pétrole en lien notamment, avec toutes nos compétences universitaires (et en substitution aux activités liées aux agro-carburant) ;

• soutenir le développement des productions de plastiques d’algues notamment par la commande publique.

 

FAIRE DE LA ROCHELLE UN PÔLE D'EXCELLENCE, C'EST AUSSI :

• agir pour se donner les moyens de défendre son environnement marin et exiger, en service public, le stationnement à La Rochelle d’un remorqueur de haute mer pour assurer la sécurité des acheminements maritimes dans le Golfe de Gascogne en remplacement l’Abeille Languedoc, qui a quitté sa station de La Rochelle en septembre 2011 et dont l'urgente nécessité de remplacement est rappelée en février 2016 par la dérive du " Modern Express " ;

• œuvrer par exemple, pour permettre aux bénévoles de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) de bénéficier de toutes les dérogations nécessaires au code de la route, afin que, dans le cadre de leur activité, ils puissent bénéficier des droits des véhicules prioritaires (gyrophares bleus, etc...)...


•  Nos propositions ne visent qu’une chose : Améliorer notre quotidien !

•  Faites-nous part de vos idées, rejoignez-nous et gagnons la ville ensemble.